ISIAS

"Fabrication d’animaux super-musclés à l’aide des outils du génie génétique" par Testbiotech

Traduction et compléments de Jacques Hallard
mardi 10 avril 2018 par Testbiotech


ISIAS Animaux génétiquement modifiés OGM
Fabrication d’animaux super-musclés à l’aide des outils du génie génétique
Avec ajout d’une sélection d’articles d’actualités sur l’édition génomique
D’après un Communique de TESTIBIOTECH 22/02/18 10:38 - Liebe UnterstützerInnen von Testbiotech (Chers supporters de ‘Testbiotech’).

https://www.testbiotech.org/sites/d...

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Cette semaine, sur notre site web, nous présentons un nouvel exemple d’animaux manipulés dans leur génome à l’aide des nouvelles techniques de génie génétique : les « animaux super-musclés » pour l’industrie de la viande. En utilisant des ciseaux à gènes tels que CRISPR/Cas, les porcs et les bovins avec une croissance musculaire accrue peuvent être créés. Cela a déjà été réalisé avec certains animaux en Chine, et des brevets ont même été déposés pour ces porcs et ces bovins modifiés :

[Voir l’article «  CRISPR-Cas 9, l’outil qui révolutionne la génétique  » - Un système de défense immunitaire bactérien, CRISPR-Cas9, est devenu un outil précis, simple et universel pour modifier les gènes de n’importe quelle cellule à volonté. Un frein majeur de la génétique est levé. Par Emmanuelle Charpentier et Pierre Kaldy 15mn Publié le 23/09/2015 à 00h00 – Document Pour la science].

’Porcs super-musclés’ génétiquement modifiés pour l’industrie de la viande

De quoi s’agit-il ?

De nouvelles méthodes de génie génétique, telles que les ciseaux à gènes CRISPR / Cas, sont utilisées pour produire des animaux avec une croissance musculaire améliorée. Ce sont des ’cochons super-musclés’. Diverses expériences ont été menées avec des porcs, des bovins, des moutons et des chèvres pour ’knock-out’ (inhiber) le gène de la myostatine (MSTN) qui contrôle la croissance musculaire. Si le gène MSTN est perturbé, il y a une prolifération anormale des cellules musculaires. Ces expériences ont réussi chez certains animaux ; et dans certains cas, des brevets ont été déposés sur les porcs et les bovins résultants.

[D’après Wikipécia, « La myostatine (anciennement connue sous le nom de Growth differentiation factor 8 (GDF 8)) est un facteur de croissance qui limite la croissance des tissus musculaires1. Elle fait partie de la famille des TGF bêta-1. Son gène est le MSTN situé sur le chromosome 2 humain… » Article à lire sur le site suivant : https://fr.wikipedia.org/wiki/Myostatine ].

[Autre communiqué : « Dossier : inhiber la Myostatine - Comprendre le mécanisme de la Myostatine et ses fonctions pour voir l’intérêt de son inhibition pour accroître sa masse musculaire.. »..

Pourquoi est-ce problématique ?

Les intérêts économiques sont clairement au premier rang de ces expériences tandis que le bien-être des animaux est complètement négligé.

Il y a eu de sérieux problèmes avec les porcelets : Les premières expériences en Chine ont été réalisées avec 900 embryons, mais seulement 8 porcelets ont montré les caractères désirés. Tous sont morts dans les premiers mois de la vie. Les porcelets ont eu des problèmes de santé tels que des langues épaissies.
En outre, de nombreuses expériences semblaient produire des animaux plus sains. Cependant, il est difficile d’établir si ces animaux sont vraiment en bonne santé parce qu’ils ont été abattus tôt pour une utilisation dans d’autres expériences.

Il semble que même les scientifiques s’inquiètent des conséquences de leur travail : une équipe de scientifiques coréens envisage de vendre le sperme des cochons génétiquement modifiés pour l’élevage avec des cochons « normaux », dans l’espoir que les animaux qui en résulteront seront en meilleure santé et pas tout à fait aussi musclés.

Les méthodes de clonage sont souvent utilisées dans la recherche et le développement de « bimoteurs ». Ceux-ci peuvent également conduire à de nombreux effets secondaires indésirables, tels que des effets néfastes sur la santé et les morts à la naissance.

Actuellement, il n’est pas clair dans quelles conditions les animaux doivent être gardés. Auraient-ils besoin de plus de nourriture et plus de protéines dans leur alimentation pour une masse musculaire supplémentaire ? Cela poserait de nouveaux défis dans l’agriculture. Selon toute probabilité, plus d’antibiotiques seraient nécessaires en raison des animaux qui seraient plus sensibles au stress et aux maladies.

Divers intervenants exigent que plus de plantes et d’animaux génétiquement modifiés soient approuvés pour la commercialisation sans aucune exigence d’évaluation des risques ou d’étiquetage, si aucun gène supplémentaire n’a été inséré. En l’espèce, des descendants de porcs originaires de Chine et de Corée du Sud pourraient entrer inaperçus sur le marché de l’Union Européennne.

Informations supplémentaires

La peste porcine africaine est maintenant plus fréquente en Europe et, par conséquent, les chercheurs en génétique se sont concentrés sur la production de porcs résistants à cette maladie. Dans des expériences, ils ont utilisé des techniques d’édition génétique pour transférer un gène de porcs verruqueux qui confère une résistance à la peste porcine aux porcs à l’engraissement.

[D’après Wikipédia : « La peste porcine classique est une maladie virale contagieuse qui touche les suidés (dont le porc domestique et le sanglier) qui en seraient le seul « réservoir sauvage ». Faute de traitement efficace connu, les porcs et autres suidés malades doivent être abattus, enterrés ou incinérés dans les conditions sanitaires appropriées et dans le respect de la réglementation locale et internationale (Code OIE). La gravité et la contagiosité du virus rend nécessaire l’identification de la zone infectée, l’élimination des animaux touchés, la désinfection complète du site et le contrôle des déplacements des suidés et matières à risque. Remarque : Il existe aussi une peste porcine africaine, également à déclaration obligatoire. Ces maladies ne sont pas des zoonoses (pas transmissibles à l’homme)…. » Article complet à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Peste_porcine ].

Si ces porcs génétiquement modifiés arrivaient sur le marché européen de l’engraissement, cela pourrait avoir de graves conséquences pour l’élevage porcin dans son ensemble : si les porcs transgéniques pourraient ne pas être atteints par le virus de la peste porcine, ils pourraient néanmoins transmettre le virus. Par conséquent, la fièvre pourrait se propager et affecter la production d’animaux non génétiquement modifiés parce que ces porcs ne seraient pas résistants.

Cela pourrait signifier que les éleveurs de porcs n’auraient pas d’autre choix que d’utiliser des animaux génétiquement modifiés - ce qui pourrait mener à l’interdiction complète de l’élevage porcin non modifié. En fin de compte, cela pourrait être une opportunité d’affaires énormes pour les développeurs de porcs brevetés.

Année de publication : 2018 - Plus d’informations > Further information : ’Nature’ article – Source : https://www.testbiotech.org/en/node/2155

Haut du formulaire

Bas du formulaire

’Porcs super-musclés’ génétiquement modifiés pour l’industrie de la viande

Tout récemment, l’avocat général de la Cour de justice de l’Union Européenne a publiquement déclaré sa position sur la question de savoir si les nouvelles méthodes de génie génétique, connues sous le nom de modification génétique [OGM], devraient relever de la réglementation de l’UE sur les OGM. Son affirmation manque d’une distinction claire entre les processus d’élevage conventionnels et les nouvelles techniques d’édition génétique. La décision du tribunal de l’UE est attendue dans quelques semaines ou quelques mois.

[Selon Wikipédia, « Edition génomique - La correction de séquence génomique (Genome Editing pour les anglophones) ou « correction du génome avec des nucléases modifiées », (aussi désigné par l’acronyme GEEN, pour « genome editing with engineered nucleases »), ou souvent improprement appelée édition génomique ou édition du génome (expressions à éviter car le mot anglais ’editing’ ne correspond pas à édition), ou encore parfois dite édition génétique (mais cette expression est aussi à éviter car ayant d’autres sens1) regroupe un ensemble de techniques de manipulations du génome via la « réécriture du matériel génétique » 2. Ces techniques peuvent être appliquées aux plantes, aux animaux3, aux champignons et aux microbes. Certains laboratoires proposent d’aussi de les appliquer au génome humain… » Article complett à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89dition_g%C3%A9nomique ].

Si le jugement prochain de la Cour de justice de l’UE crée effectivement des failles importantes, les décideurs politiques doivent prendre des mesures pour, par exemple, empêcher les importations incontrôlées de ces porcs génétiquement modifiés. À la lumière de l’incertitude juridique, Testbiotech apprécie que dans le traité de coalition politique du nouveau gouvernement potentiel [en Allemagne], il y ait des déclarations soutenant le principe de précaution et le choix du consommateur.

[D’après Wikipédia, « Les coalitions gouvernementales en Allemagne rassemblent des partis politiques soit au niveau fédéral, soit au niveau d’un Land. Elles sont généralement désignées par référence aux couleurs qui symbolisent les grands partis.

Les coalitions sont d’usage en Allemagne, tant au niveau fédéral — où seul le cabinet Adenauer III, de 1960 à 1961, n’était pas un gouvernement de coalition — qu’au niveau des Länder… » Article à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Coalition_en_Allemagne ].

Contact : Christoph Ensuite, tél . : +49 15154638040, info@testbiotech.org
Plus d’informations > Further information : Background

Source : https://www.testbiotech.org/en/node/2153

Retour au début des documents traduits


Une sélection d’articles d’actualités sur l’édition génomique ( à l’aide de Google le 02/03/2019)

Qu’est-ce qu’une édition génétique numérique ? - Revues.org journals.openedition.org/genesis/116 de P D’Iorio - ‎2010 - ‎

L’ambition d’une édition génétique est de publier l’œuvre d’un auteur de manière à représenter et à rendre intelligible la genèse de ses projets d’écriture ou de création artistique. La plupart des spécialistes s’accordent à reconnaître que seuls les supports et les technologies numériques peuvent permettre la réalisation ...

Crispr : édition génétique d’embryons humains aux Etats-Unis ... https://www.sciencesetavenir.fr/.........

2 août 2017 - Pour la première fois aux Etats-Unis, la technique d’édition génétique Crispr-Cas9 a été utilisée pour modifier le génome d’embryons humains viables.

Nouvelle avancée dans l’édition génétique pour ... - Sciences et Avenir https://www.sciencesetavenir.fr/.........

8 déc. 2017 - Une avancée dans l’édition génétique pourrait permettre de traiter des maladies incurables comme le diabète ou des dystrophies musculaires, montrent de récentes expériences animales prometteuses. Cette nouvelle technique qui dope l’activité génétique est une version modifiée de la méthode ...

Première médicale : un patient traité par édition génomique https://www.futura-sciences.com/.........

16 nov. 2017 - Un homme de 44 ans, Brian Madeux, a été traité par une technique d’édition génomique aux États-Unis. Il souffre d’une maladie génétique rare et incurable : la mucopolysaccharidose (MPS) de type II, ou maladie de Hunter. C’est la première fois que l’édition génomique est testée dans l’organisme d’un ...

Un pas de plus vers l’édition génétique lactualite.com/sante-et-science/2017/10/04/un-pas-de-plus-vers-ledition-genetique/

4 oct. 2017 - Des chercheurs chinois viennent de franchir un pas important dans le développement de l’édition génétique, cette méthode de correction des gènes potentiellement beaucoup plus performante que les techniques précédentes de manipulation du génome. L’équipe, dirigée par Junjiu Huang de l’université ...

L’édition génétique est devenue une science plus précise et plus ... https://trustmyscience.com/edition-...

26 oct. 2017 - Deux groupes de scientifiques ont mis au jour un nouvel arsenal extrêmement précis de techniques d’édition de gènes, qui pourraient bien un jour nous aider à éradiquer les maladies génétiques grâce à des chirurgies hautement ciblées au niveau chimique. Les nouvelles adaptations de CRISPR-Cas9 ...

Nouvelle avancée dans l’édition génétique pour traiter des ... - Europe1 www.europe1.fr › Accueil › santé

8 déc. 2017 - Et pour cause, une avancée dans l’édition génétique pourrait permettre de traiter des maladies incurables comme le diabète ou des dystrophies musculaires. Une version modifiée de Crispr/Cas9. Cette nouvelle technique qui dope l’activité génétique est une version modifiée de la méthode Crispr/Cas9, ...

La nouvelle technique d’édition génétique utilisée pour rectifier la ... www.gurumed.org/.../la-nouvelle-tec......

4 août 2017 - La technique révolutionnaire d’édition de gènes (“copier/ coller”) CRISPR/ Cas9 fait encore parler d’elle avec la promesse incroyable de devenir un traitement pour des maladies telle que le VIH et la dystrophie musculaire, mais le but ultime serait de l’utiliser pour éviter, en premier lieu, que les maladies ne ...

UP Magazine - Une machine à éditer des gènes, encore plus ... www.up-magazine.info/.../7100-une-m......

2 nov. 2017 - Deux groupes de scientifiques ont révélé un nouvel arsenal plus précis de techniques d’édition génétique qui pourraient un jour nous aider à éradiquer les maladies génétiques grâce à une chirurgie hautement ciblée au niveau chimique. Les nouvelles adaptations apportées au CRISPR-Cas9 permettent ... Haut du formulaire

Bas du formulaire

Retour au début du document

ISIAS Animaux génétiquement modifiés OGM Fabrication d’animaux super-musclés à l’aide des outils du génie génétique.2

Genome editing : Legal expert criticises opinion of Attorney General of the EuCJ

No clear distinction between breeding and genetic engineering

Wednesday, 28 February 2018

On 18 January, the Attorney General of the EU Court of Justice (EuCJ) published his position on whether or not so-called genome editing must be regulated under current EU GMO legislation. On behalf of Testbiotech, the well-known EU legal expert Professor Ludwig Kraemer has now analysed the position of the Attorney General (C-528/16). Professor Kraemer worked as an official for the EU Commission (DG Environment) until 2004 and was involved in drawing up the current EU GMO regulations.

Genetically engineered pigs could be marketed in the EU without risk assessment or labelling

19 February 2018 / New methods of genetic engineering, such as the gene scissors CRISPR/Cas, are being used to produce animals with enhanced muscle growth. These are so-called “super-muscly pigs”. Various experiments have been carried out with pigs, cattle, sheep and goats to “knock-out” the myostatin (MSTN) gene which controls muscle growth. If MSTN is disrupted, there is an abnormal proliferation of muscle cells. These experiments have been successful in some animals ; and in some cases patents have been filed on the resulting pigs and cattle.

Testbiotech comments on risk assessment of FSANZ

5 February 2018 / In 2016, the International Rice Research Institute (IRRI) filed an application at the Food Standards Australia New Zealand (FSANZ) for the market approval of food derived from so-called Golden Rice (GR2) for import. The rice is genetically engineered to produce provitamin A carotenoids ; and the rice kernels are yellowish in colour. It is intended to be a fortified food with a high content of carotenoids, in particular, beta-carotene in the grains, to help combat vitamin A deficiency (VAD) especially in developing countries.

Rédaction de génomes : Avis de critiques d’experts juridiques de l’Attorney General de l’EuCJ
Pas de distinction claire entre l’élevage et le génie génétique
Mercredi 28 février 2018

Le 18 janvier, le procureur général de la Cour de justice de l’UE (CEJ) a publié. Au nom de Testbiotech, le célèbre expert juridique de l’UE, le professeur Ludwig Kraemer, a analysé la position du procureur général (C-528/16). Le professeur Kraemer a travaillé comme fonctionnaire de la Commission européenne (DG Environnement) jusqu’en 2004.
_ Lisez plus
_ allemand

’Cochons super musclés’ génétiquement modifiés pour l’industrie de la viande

Les porcs génétiquement modifiés pourraient être commercialisés dans l’UE sans évaluation ou étiquetage des risques

19 février 2018 / De nouvelles méthodes de génie génétique, telles que les ciseaux de gène CRISPR / Cas, sont utilisées pour produire des animaux avec une croissance musculaire accrue. Ce sont des ’cochons super-musclés’. Diverses expériences ont été menées avec des porcs, des bovins, des moutons et des chèvres pour ’éliminer’ les gènes de la myostatine (MSTN) qui contrôlent la croissance musculaire. Si MSTN est perturbé, il y a une prolifération anormale des cellules musculaires. Ces expériences ont réussi chez certains animaux ; et certains cas ont été déposés sur les porcs et les bovins résultants.
_ Lisez plus
_ allemand

Les données sur le « riz doré » ne sont pas suffisantes pour démontrer la sécurité sanitaire et indiquer de faibles avantages

Commentaires de Testbiotech sur l’évaluation des risques de FSANZ

5 Février 2018 / En 2016, l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) a déposé à la demande à la Food Standards Australia New Zealand (FSANZ) pour l’approbation du marché des aliments dérivés de ce qu’on appelle Golden Rice (de GR2) pour l’importation. Le riz est génétiquement modifié pour produire des caroténoïdes de provitamine A ; et les grains de riz sont jaunâtres. Il est destiné à être un aliment enrichi avec une teneur élevée en caroténoïdes, en particulier, le bêta-carotène dans les grains, pour aider la vitamine de combat Une carence (VAD) amour en particulier dans les pays en développement.
_ Lisez plus
_ allemand

Plus d’articles dans la section Actualités

Haut du formulaire

Bas du formulaire

À propos de Google TraductionCommunautéMobile

À propos de GoogleConfidentialité et conditions d’utilisationAideEnvoyer des c

Data on ’Golden Rice’ not sufficient to show health safety and indicate low benefits

Testbiotech comments on risk assessment of FSANZ

5 February 2018 / In 2016, the International Rice Research Institute (IRRI) filed an application at the Food Standards Australia New Zealand (FSANZ) for the market approval of food derived from so-called Golden Rice (GR2) for import. The rice is genetically engineered to produce provitamin A carotenoids ; and the rice kernels are yellowish in colour. It is intended to be a fortified food with a high content of carotenoids, in particular, beta-carotene in the grains, to help combat vitamin A deficiency (VAD) especially in developing countries.

An industry campaign was initiated to support the application : Amongst the submissions sent to FSANZ were several letters from companies such as Bayer, Dow and Syngenta.

Nutritional quality : Data from the application show that the plants grown in field trials produce a much smaller amount of carotenoids (3,5µg/g – 10.9 µg/g) compared to the original GR2 event, which is supposed to produce a maximum of more than 30 µg/g. Further, while previous publications identified beta-carotene as having a percentage of around 80 percent of the total carotenoids, the rice in the field trials only reached 59 percent. It is not clear if this much lower content in carotenoids is due to the varietal background or to environmental conditions. Further significant reduction in the content of carotenoids has to be expected due to storage, processing and heating of the grains in food preparation. Thus, in regard to the nutritional quality of GR2, this application gives the impression that the potential benefits of the rice claimed in the submissions from industry are greatly overestimated, and cannot be realised under practical conditions.

Genetic stability : Recent publications on similar lines of Golden Rice show genetic instability if they are crossed with other varieties ; these were not discussed by FSANZ even though they are also relevant for food safety. Data from the applicant also show that the expression of the transgenes is impacted by varietal backgrounds and is dependent on interactions with the environment. Therefore, it would be necessary to gather more data on the range of variability that can be expected under a broader range of genetic backgrounds and in interaction with biotic and abiotic stressors. Based on the data available, no final conclusions can be drawn on the genetic stability of the rice plants.

Compositional analysis : There are further reasons to doubt the reliability of the data provided by IRRI : Surprisingly, the line which showed lowest concentration of carotenoids was chosen for field trials and compositional analysis. One possible explanation is that the applicants wanted to establish safety at a low level of transgene activity. Such a low level can decrease the likelihood of unintended changes in plant metabolism and composition. Therefore, such plants might appear to be “safer” compared to plants with a higher level of transgene activity. Consequently, the data for risk assessment cannot be regarded as reliable for determining food safety of the GR2 lines with a higher carotenoid content, if such lines were available.

Toxicology : According to IRRI, the consumption of this rice is especially beneficial to young children as well as lactating and pregnant women. At the same time, it is self-evident that food products with no history of safe use must be subjected to the highest standards of risk assessment before the most vulnerable groups of the population are exposed to it. However, no toxicological studies were performed with the rice. In the light of the humanitarian claims made in the context of GR2, it is surprising that this application is not based on a full set of data to establish high safety standards.

Conclusions : This application does not show substantial benefits. Furthermore, the risk assessment as performed by FZANZ is not sufficient to demonstrate safety of food derived from GR2.

Contact :
Christoph Then, tel. : +49 15154638040, info@testbiotech.org

Further information : 

Testbiotech : Report on ’Golden Rice’

Food Standards Australia New Zealand (FSANZ) : ’Golden Rice’ application

5 February 2018 / In 2016, the International Rice Research Institute (IRRI) filed an application at the Food Standards Australia New Zealand (FSANZ) for the market approval of food derived from so-called Golden Rice (GR2) for import. The rice is genetically engineered to produce provitamin A carotenoids ; and the rice kernels are yellowish in colour. It is intended to be a fortified food with a high content of carotenoids, in particular, beta-carotene in the grains, to help combat vitamin A deficiency (VAD) especially in developing countries.

An industry campaign was initiated to support the application : Amongst the submissions sent to FSANZ were several letters from companies such as Bayer, Dow and Syngenta.

Nutritional quality : Data from the application show that the plants grown in field trials produce a much smaller amount of carotenoids (3,5µg/g – 10.9 µg/g) compared to the original GR2 event, which is supposed to produce a maximum of more than 30 µg/g. Further, while previous publications identified beta-carotene as having a percentage of around 80 percent of the total carotenoids, the rice in the field trials only reached 59 percent. It is not clear if this much lower content in carotenoids is due to the varietal background or to environmental conditions. Further significant reduction in the content of carotenoids has to be expected due to storage, processing and heating of the grains in food preparation. Thus, in regard to the nutritional quality of GR2, this application gives the impression that the potential benefits of the rice claimed in the submissions from industry are greatly overestimated, and cannot be realised under practical conditions.

Genetic stability : Recent publications on similar lines of Golden Rice show genetic instability if they are crossed with other varieties ; these were not discussed by FSANZ even though they are also relevant for food safety. Data from the applicant also show that the expression of the transgenes is impacted by varietal backgrounds and is dependent on interactions with the environment. Therefore, it would be necessary to gather more data on the range of variability that can be expected under a broader range of genetic backgrounds and in interaction with biotic and abiotic stressors. Based on the data available, no final conclusions can be drawn on the genetic stability of the rice plants.

Compositional analysis : There are further reasons to doubt the reliability of the data provided by IRRI : Surprisingly, the line which showed lowest concentration of carotenoids was chosen for field trials and compositional analysis. One possible explanation is that the applicants wanted to establish safety at a low level of transgene activity. Such a low level can decrease the likelihood of unintended changes in plant metabolism and composition. Therefore, such plants might appear to be “safer” compared to plants with a higher level of transgene activity. Consequently, the data for risk assessment cannot be regarded as reliable for determining food safety of the GR2 lines with a higher carotenoid content, if such lines were available.

Toxicology : According to IRRI, the consumption of this rice is especially beneficial to young children as well as lactating and pregnant women. At the same time, it is self-evident that food products with no history of safe use must be subjected to the highest standards of risk assessment before the most vulnerable groups of the population are exposed to it. However, no toxicological studies were performed with the rice. In the light of the humanitarian claims made in the context of GR2, it is surprising that this application is not based on a full set of data to establish high safety standards.

Conclusions : This application does not show substantial benefits. Furthermore, the risk assessment as performed by FZANZ is not sufficient to demonstrate safety of food derived from GR2.

Contact :
Christoph Then, tel. : +49 15154638040, info@testbiotech.org

Further information : 

Testbiotech : Report on ’Golden Rice’

Food Standards Australia New Zealand (FSANZ) : ’Golden Rice’ application

  • Les données sur le « riz doré » ne sont pas suffisantes pour démontrer la sécurité sanitaire et indiquer de faibles avantages

    Commentaires de Testbiotech sur l’évaluation des risques de FSANZ

    5 Février 2018 / En 2016, l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) a déposé à la demande à la Food Standards Australia New Zealand (FSANZ) pour l’approbation du marché des aliments dérivés de ce qu’on appelle Golden Rice (de GR2) pour l’importation. Le riz est génétiquement modifié pour produire des caroténoïdes de provitamine A ; et les grains de riz sont jaunâtres. Il est destiné à être un aliment enrichi avec une teneur élevée en caroténoïdes, en particulier, le bêta-carotène dans les grains, pour aider la vitamine de combat Une carence (VAD) amour en particulier dans les pays en développement.

    Une campagne de l’industrie qui a initié pour soutenir l’application : Parmi les propositions envoyées à FSANZ avait plusieurs lettres de sociétés telles que : Bayer, Dow et Syngenta.

    Qualité nutritionnelle : Les données provenant de l’application a fait les plantes cultivées dans les essais sur le terrain produisent une quantité beaucoup plus faible de caroténoïdes (3,5μg / g - 10,9 g / g) Par rapport à l’événement GR2 original, tout ce qui est censé produire un maximum de plus de 30 μg / g. De plus, alors que les publications précédentes Identifié bêta-carotène comme ayant un pourcentage d’environ 80 pour cent des caroténoïdes, le riz dans les essais sur le terrain n’atteint 59 pour cent. On ne sait pas si ce contenu beaucoup plus faible en raison de caroténoïdes est l’arrière-plan de la variété ou à des conditions environnementales. Une réduction supplémentaire significative de la teneur en caroténoïdes doit être prévu en raison de stockage, le traitement et le chauffage des grains dans la préparation des aliments. Ainsi, en ce qui concerne la qualité nutritionnelle des GR2, cette application donne l’impression a fait les avantages potentiels du riz dans les Réclamé soumissions de l’industrie sont fortement surestimés, et ne peut être réalisé dans des conditions pratiques.

    Stabilité génétique : Des publications récentes sur des lignes similaires de riz d’or montrent une instabilité génétique si elles sont croisées avec d’autres variétés ; ils étaient également pertinents pour la sécurité alimentaire. Les données de la requérante a donc fait montre l’expression transgénique est influencée par les milieux de la variété et dépend des interactions avec l’environnement. EN CONSÉQUENCE, il serait nécessaire de recueillir plus de données sur la plage de variabilité ne peut être prévu dans un plus large éventail de milieux génétiques et en interaction avec les facteurs de stress biotiques et abiotiques. Sur la base des données disponibles, aucune conclusion définitive ne peut être tirée sur la stabilité génétique des plants de riz.

    L’analyse compositionnelle : Il y a des raisons autres de douter de la fiabilité des données fournies par l’IRRI : De manière surprenante, la ligne la plus faible concentration qui montre des caroténoïdes qui choisis pour les essais sur le terrain et l’analyse de la composition. Une explication possible est que le demandeur voulait établir la sécurité à un faible niveau d’activité transgénique. Rechercher un niveau bas peut réduire la probabilité de changements involontaires dans le métabolisme et la composition de la plante. Par conséquent, les plantes peuvent apparaître plus sûres que les plantes ayant un niveau d’activité transgénique plus élevé. Par conséquent, les données relatives à l’évaluation des risques ne peuvent pas être considérés comme fiables pour la sécurité alimentaire minière déterministe des lignes de GR2 avec une teneur en caroténoïde plus, si les lignes testées étaient disponibles.

    Toxicologie : .Selon IRRI, la consommation de ce riz est amour particulièrement bénéfique pour les jeunes enfants, ainsi que les femmes enceintes et allaitantes. En même temps, il va de soi que les groupes de personnes les plus vulnérables y sont exposés. Cependant, aucune étude toxicologique n’a été réalisée avec le riz. A la lumière des revendications humanitaires faites dans le cadre de GR2, il est surprenant thatthis l’application ne repose pas sur un ensemble complet de données pour établir des normes de sécurité élevées.

    Conclusions : Cette application ne montre pas d’avantages substantiels. De plus, l’évaluation des risques effectuée par FZANZ ne suffit pas à démontrer l’innocuité des aliments dérivés de GR2.

    Contact :
    Christoph Alors, téléphone : +49 15154638040, info@testbiotech.org
    Plus d’informations
    Testbiotech : Rapport sur ’Golden Rice’
    Normes alimentaires Australie Nouvelle-Zélande (FSANZ) : application ’Golden Rice’
    _ Version imprimable Printer-friendly version

  • Deutsch
  • PDF version
    https://www.testbiotech.org/sites/d...

https://www.testbiotech.org/en/node/2151

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire