ISIAS

"Les agriculteurs américains du Kentucky sont face à un choix difficile sur l’emploi de l’herbicide dicamba qui est très controversé pour détruire les mauvaises herbes" par Nicole Erwin

Traduction et compléments de Jacques Hallard
mercredi 28 mars 2018 par Erwin Nicole


Q
ISIAS Pesticides
Les agriculteurs américains du Kentucky sont face à un choix difficile sur l’emploi de l’herbicide dicamba qui est très controversé pour détruire les mauvaises herbes
Ajout d’informations se rapportant notamment au dicamba
L’article d’origine de Nicole Erwin du 14 mars 2018 a été diffusé par HPPR sous le titre « Farmers Face Tough Choice On Controversial Weed Killer Dicamba  » ; accessible sur ce site : http://hppr.org/post/farmers-face-tough-choice-controversial-weed-killer-dicamba

Des agriculteurs assistant à une séance de formation sur l’herbicide dicamba, le 20 février 2018 à Cadix, dans l’état du Kentucky. Nicole Erwin / Ohio Valley ReSource.

[Voir la carte des États-Unis avec leKentucky en rouge. Selon Wikipédia, « Le Kentucky est un État (officiellement, un Commonwealth, comme seulement trois autres États parmi les cinquante) des États-Unis, à la limite du Midwest et du Sud profond. Il est bordé au nord par l’Illinois, l’Indiana et l’Ohio, à l’est par la Virginie-Occidentale et la Virginie, au sud par le Tennessee et à l’ouest par le Missouri. Faisant initialement partie de la Virginie, le Kentucky devient en 1792 le 15e État à rejoindre l’Union. Il est le 37e État par sa superficie et le 26e État par sa population parmi les 50 États américains. Le Kentucky est connu comme le « Bluegrass State » (État de l’herbe bleue), un surnom dû à l’« herbe bleue » que l’on trouve dans de nombreux pâturages de son sol fertile. Une des principales régions du Kentucky est la Bluegrass region, dans le centre de l’État, où se trouve les deux principales villes, Louisville et Lexington. Le Kentucky présente divers environnements et d’abondantes ressources dont le plus long réseau de grottes du monde au parc national de Mammoth Cave, le plus long système de voies navigables des États-Unis contigus et les deux plus grand lacs artificiels à l’est du Mississippi. Le Kentucky est aussi connu pour ses courses de chevaux, ses distilleries de bourbon et son alcool de contrebande (Kentucky Moonshine), son charbon, son tabac, sa construction automobile, la musique bluegrass, le site historique My Old Kentucky Home, le basket universitaire et la société Kentucky Fried Chicken…] Article complet sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kentucky ].

Jeff McGrew a fait la queue avec une trentaine d’autres fermiers du Kentucky occidental qui attendaient d’être certifiés qu’ils aient bien été formés pour appliquer l’herbicide dicamba. La session de deux heures a permis d’expliquer les nouvelles restrictions de l’organisme public ‘Environmental Protection Agency’ (EPA), ou « Agence américaine de protection de l’environnement » en français) concernant l’utilisation de cet herbicide controversé. La séance laissa McGrew incertain quant à l’utilisation des pulvérisation de cet herbicide. ’Je suis indécis en ce moment mais je penche pour ne pas le pulvériser’, a-t-il dit. ’Je ne pense pas que nous aurons dans notre région beaucoup d’endroits où il y aura assez de territoires où nous n’aurons pas de zones tampons ou d’autres cultures sensibles et je ne suis pas sûr que ça va marcher pour nous.’

Document audio en anglais :23 à écouter à la source - Nicole Erwin with the Ohio Valley ReSource public media collaborative went to a dicamba training session in Kentucky. [Traduction : Nicole Erwin, de l’ Ohio Valley ReSource, a participé à une séance de formation sur le dicamba dans l’état du Kentucky].

Haut du formulaire

Bas du formulaire

L’EPA exige que tous les utilisateurs reçoivent une formation avant de pouvoir appliquer légalement le produit en question. Comme l’a rapporté Ohio Valley ReSource en septembre 207, les producteurs de soja du Kentucky, de l’Ohio et de la Virginie Occidentale ont identifié plus de 50.000 acres de cultures affectées par l’abus d’usage de cet herbicide en 2017. Les pulvérisations avec cet herbicide dicamba est destiné à protéger les cultures de soja des ‘mauvaises herbes’, mais elles peuvent nuire à d’autres cultures si elles dérivent dans l’espace sous certaines conditions météorologiques.
McGrew s’inquiète des dégâts dans une ferme qu’il prévoit de louer cette année.

’Une partie du sol que nous cultivons se trouve au fond du lit, juste au bord de la rivière Ohio. Nous sommes préoccupés par une certaine dérive venant de l’Illinois et traversant la rivière. ’A déclaré McGrew. ’Donc, nous ne savons pas exactement d’où cela vient, mais nous sommes un peu inquiets à ce sujet.’

À l’approche d’une nouvelle saison des cultures du soja [OGM !], les agriculteurs de la vallée de l’Ohio sont confrontés à des décisions difficiles quant à l’utilisation de l’herbicide controversé, maintenant blâmé pour endommager des millions d’acres de cultures à l’échelle nationale. Même certains agriculteurs formés à l’utilisation correcte de l’herbicide disent que cela ne vaut pas la peine de prendre le risque.

Les restrictions apportées

Les changements apportés sur l’étiquette dicamba exigent que les applicateurs suivent des directives strictes. Par exemple, l’herbicide ne devrait être pulvérisé que lorsque la vitesse du vent est comprise entre 3 et 10 milles à l’heure. Jeremy Ross, agronome spécialiste du soja de l’Université de l’Arkansas, a déclaré que les restrictions apposées sur l’étiquette sont presque impossibles à suivre.

’Je pense que maintenant, vous savez, nous avons à peu près ouvert la boîte de Pandore’, a-t-il dit. ’Aussi rapidement que la technologie évolue et que certains de ces problèmes se présentent, vous savez, il sera difficile de ralentir beaucoup et de ne pas être trop loin derrière.’

Photo - Une plante de soja montre des signes précoces de dommages causés par l’exposition aux herbicides en septembre 2017. Crédit Nicole Erwin / Ohio Valley ReSource

Ross a déclaré que la controverse sur le dicamba avait des implications plus importantes pour les producteurs de soja et pour plusieurs géants de l’agroalimentaire. Le dicamba est vendu par Monsanto, BASF SE et DowDuPont, et il est destiné à être utilisé sur les cultures de soja génétiquement modifiés de Monsanto. Cette version OGM de cette légumineuse, appelée Xtendimax, est conçue pour se développer normalement après une application en pulvérisation de l’herbicide dicamba.

[Accès à des informations en anglais sur Xtendimax :

Xtendimax Applications Requirements - www.xtendimaxapplicationrequirements.com/

Monsanto announces XtendiMax rebate, resources for 2018

www.prairiefarmer.com/.../monsanto-announces-xtendimax-rebate... 18 déc. 2017 ].

’On craint que si les semences de ces sojas sont encore disponibles, il y ait toujours une probabilité pour que quelqu’un utilise un produit hors cible pour la pulvérisation’, a-t-il dit. ’Pour éliminer ce problème, la seule option est de retirer complètement la technologie du marché.’

Ross a dit que certains fermiers sèment les sojas Xtendimax, mais qu’ils ne les pulvérisent pas avec du dicamba. Ils dépendent d’autres herbicides, tels que le RoundUp. Mais de nombreuses ‘mauvaises herbes’ sont devenues résistantes à la formulation commerciale de RoundUp [à base la matière active glyphosate].

’Nous savons que la résistance des mauvaises herbes a été un défi pour les agriculteurs’, a déclaré Ryan Rubischko, chef de produit chez Monsanto. ’Avoir du dicamba comme solution, à la fois pour la prochaine saison et au-delà, est essentiel.’

Ryan Rubischko a déclaré que Monsanto n’a pas envisagé de retirer du marché le soja en question. Au lieu de cela, a-t-il dit, l’entreprise se concentre sur les efforts de formation et sur un outil numérique pour aider les applicateurs.

« Nous n’avons pas concentré nos efforts sur ce point, mais je soulignerais que nous avons consacré plusieurs années à la mise au point de cette nouvelle technologie, et ce, non seulement du point de vue de la résistance des mauvaises herbes, mais aussi du rendement’. Il a dit que les fermiers adoptent largement la nouvelle technologie pour la saison actuelle.

Photo - Jacob Goodman inspecte un champ de soja en septembre 2017. Il cultive des sojas à Hickman, dans l’état du Kentucky. Crédit Nicole Erwin / Ohio Valley ReSource.

’Assez pessimistes’

L’Arkansas a émis les plus fortes restrictions à ce jour sur le dicamba, limitant les applicateurs à la pulvérisation jusqu’au 15 avril pour la production de cultures en place cette année. Rubischko a déclaré que Monsanto a décidé de ne pas vendre le soja Xtendimax dans l’Arkansas pour la saison à venir. [Voir le document technique en anglais]

Le Kentucky, l’Ohio et la Virginie-Occidentale ont des restrictions plus limitées sur le dicamba par rapport à celles figurant sur l’étiquette de l’EPA. Jon Futrell, un applicateur commercial certifié du Kentucky, a déclaré que la formation commercialisée est utile, mais il ne pulvérisera du dicamba que pour les agriculteurs au début de la saison, avant que les plantes ne commencent à émerger du sol.

Illustration - Un nuage de mots montre comment les agriculteurs ont travaillé et décrit des systèmes d’herbicides et de semences, lors de la formation du 20 février 2018 - Credit Nicole Erwin / Ohio Valley ReSource.

’La plupart des gens sont plutôt pessimistes et c’est un peu comme ça’, a-t-il dit. ’Je ne veux pas prendre de risque dans une zone sensible et perdre mon assurance, ça n’en vaut pas la peine pour moi. Je ne veux pas compromettre mes moyens de subsistance pour quelque chose comme ça’.

McGrew a dit que les mauvaises herbes ne sont pas assez nuisibles pour qu’il prenne aussi ce risque. ’Après avoir vu la formation aujourd’hui, j’ai réalisé combien de problèmes de dérive nous pouvions avoir et c’est un énorme problème pour moi’, a-t-il déclaré. ’Je ne veux pas devoir acheter la récolte des sojas de quelqu’un et payer de ma poche’. Entre-temps, a-t-il dit, il utilisera d’autres herbicides et envisagera de mettre en place des cultures de couverture dans son plan de gestion des sols cultivés.

PS. Nicole Erwin est une journaliste de l’Ohio Valley ReSource, Public Media collaborative, basée à WKMS wkms.org/, Public Radio from Murray State University, basée à Murray, dans le Kentucky, et elle couvre l’agriculture et les infrastructures. Trouver plus d’informations concernant l’ Ohio Valley ReSource sur son site Web, ohiovalleyresource.org.

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Copyright 2018 Harvest Public Media. To see more, visit Harvest Public Media. - © 2018 HPPR - About HPPR.

Retour au début de l’article traduit


Annexe - Informations complémentaires se rapportant notamment au dicamba

D’après Wikipédia, « Le dicamba est un désherbant organochloré. Il a été déclaré en tant que pesticide aux USA en 1967 et a depuis été communément utilisé aussi bien en agriculture que dans les secteurs industriels et résidentiels.4 C’est un dérivé toxique du benzène, ou plus précisément de l’acide benzoïque. Il est produit par de nombreuses entreprises (25 fabricants aux USA en 2010) et commercialisé sous diverses marques, notamment Banvel, Diablo, Oracle et Vanquish5. Les principaux producteurs à l’échelle mondiale sont BASF, Changqing Agrochemical, DuPont, Monsanto, Syngenta et Yangnong Chemical.6,7

Sommaire

Articles accessibles sur le site ISIAS :

’OGM Santé Pesticides : En route pour des plantes cultivées génétiquement modifiées tolérantes au Dicamba ?’ par le Professeur Joe Cummins, mercredi 20 juin 2007 par Cummins Professeur Joe - français

’Une autre substance cancérogène probable est sur le point d’entrer en Europe à travers des importations de sojas génétiquement modifiés (OGM) et tolérants à deux herbicides très toxiques’ par GMWATCH, dimanche 15 mai 2016 par GM Watch - français

Revue concernant la société Monsanto, par Jacques Hallard, samedi 10 juin 2017 par isias - français

’Les dénombrements annuels des papillons monarques montrent que cette espèce est toujours menacée’ par GMWatch, jeudi 22 mars 2018 par GM Watch - français

’Un maïs génétiquement modifié réduit la fertilité et dérègle des gènes chez les souris’ par le Dr. Mae-Wan Ho, mercredi 19 novembre 2008 par Ho Dr Mae-Wan - français

’Les ‘mauvaises herbes’ résistantes au Roundup sont une défaite pour Monsanto’ par le Dr Eva Sirinathsinghji, mercredi 30 novembre 2011 par Sirinathsinghji Eva - français

’Les dix sociétés qui contrôlent l’approvisionnement mondial des semences’ par Christina Sarich, vendredi 22 avril 2016 par Sarich Christina - français

États-Unis : les effets dévastateurs du dicamba, le dernier pesticide de Monsanto

Photo - © Scott Olson, Getty Images, AFP | Un champ de soja dans le Minnesota en période de récolte. Texte par Anne-Diandra LOUARN- Dernière modification : 03/11/2017 - « Des milliers d’agriculteurs américains ont porté plainte, en 2017, contre Monsanto et le dicamba, un herbicide commercialisé par le groupe. Volatile, il se propage aux champs voisins et ravage tout, ou presque, sur son passage… » - Source de l’article complet : http://www.france24.com/fr/20171103-etats-unis-glyphosate-dicamba-monsanto-devastateur-pesticide-agriculture

Dicamba : après le glyphosate, un autre désherbant déclenche une nouvelle polémique - Par Aurore Coulaud — 24 novembre 2017 à 10:13 – Photo  : Un panneau « Les agriculteurs ont besoin de dicamba », dans un champ à Gregory, dans l’Arkansas, en novembre 2018. Photo Nicholas Kamm. AFP - « Utilisé sur plus d’un million d’hectares de cultures aux Etats-Unis, l’herbicide sélectif suscite de plus en plus l’inquiétude, notamment pour ses conséquences environnementales. Il est aussi utilisé en France… »

Article complet à lire sur ce site : http://www.liberation.fr/planete/2017/11/24/dicamba-apres-le-glyphosate-un-autre-desherbant-declenche-une-nouvelle-polemique_1611719

4 questions sur le dicamba, cousin controversé du glyphosate ... https://www.sciencesetavenir.fr/.../4-questions-sur-le-dicamba-cousin-controverse-du-gly... - 13 nov. 2017 - Alors que la controverse sur le glyphosate bat son plein en Europe, un autre désherbant, le dicamba, est devenu source de polémique et de discorde aux Etats-Unis.

Trois questions sur le dicamba, le (très) puissant herbicide qui pourrait ... https://www.francetvinfo.fr › Monde › Environnement › Pesticides › Glyphosate

9 nov. 2017 - Trois questions sur le dicamba, le (très) puissant herbicide qui pourrait remplacer le glyphosate. Proposé par les sociétés Monsanto, BASF et DuPont, ce désherbant est utilisé sur les mauvaises herbes résistantes au glyphosate. Mais l’herbicide est très volatil et détruit une part importante des cultures ...

Dicamba aux USA : une controverse qui mérite calme et réflexion ... www.forumphyto.fr/.../dicamba-aux-u......

2 janv. 2018 - Capricieux » : C’est ainsi que la NPR, radio publique US, caractérise le dicamba (voir ici, in English). Cet herbicide a été à la source d’une vive controverse qui a secoué quelques Etats des USA en 2017. Un peu de sang-froid est nécessaire pour comprendre la situation et ses enjeux…

Retour au début de l’article traduit

Traduction, compléments entre […], annexe sur le dicamba et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 23/03//2018

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier :

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti/ http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

---


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 7 / 254433

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Pesticides   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License