ISIAS

"Comment les scientifiques écoutent les tremblements de terre après les explosions nucléaires de la Corée du Nord" par Alexandra Witze

Traduction et compléments de Jacques Hallard
samedi 25 novembre 2017 par Witze Alexandra

ISIAS Nucléaire Sismologie
Comment les scientifiques écoutent les tremblements de terre après les explosions nucléaires de la Corée du Nord
Les ondes et les oscillations captées depuis la Terre peuvent révéler l’emplacement et la profondeur d’une explosion

L’article original d’Alexandra Witze a été publié le 25 juillet 2017 par Science News Earth sous le titre « How earthquake scientists eavesdrop on North Korea’s nuclear blasts  » ; il est accessible sur ce site : https://www.sciencenews.org/article/earthquakes-north-korea-nuclear-testing

Essais nucléaires - Les émissions d’ondes sismiques révèlent des indices sur les essais d’armes nucléaires en Corée du Nord, (République populaire démocratique de Corée)https://fr.wikipedia.org/wiki/Cor%C...qui sont effectués dans une montagne. Numéro du magazine Nicolle Rager Fuller : Vol. 192 N° 1, 5 août 2017, p. 18.

Le 9 septembre de l’année dernière, au milieu de la matinée, les sismomètres ont commencé à s’allumer vers l’est de l’Asie. De la Corée du Sud à la Russie et au Japon, les instruments géophysiques ont enregistré des tracés anormaux alors que les ondes sismiques traversaient et secouaient le sol. Il semblait qu’un tremblement de terre d’une magnitude de 5,2 s’était produit. Mais le tremblement de terre était issu du site où sont effectués les tests des armes nucléaires en Corée du Nord.

C’était le cinquième te
st nucléaire confirmé en Corée du Nord, et il a ouvert le dernier chapitre dans une longue histoire de la détection géologique. Comme un examinateur de police qui scrute les marques de dérapage pour savoir qui était en faute dans un accident de voiture, les chercheurs analysent les ondes sismiques pour déterminer si elles proviennent d’un tremblement de terre (ou séisme) d’une explosion artificielle. Dans ce dernier cas, les scientifiques peuvent également tenter de définir des détails tels que l’origine d’une explosion nucléaire et à quel endroit elle était importante. Test après test, les sismologues améliorent leur compréhension du programme d’armes nucléaires de la Corée du Nord.

Le travail se traduit par des efforts internationaux pour surveiller le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires, qui depuis 1996 a interdit les essais d’armes nucléaires. Plus de 180 pays ont signé le traité. Mais 44 pays qui possèdent une technologie nucléaire doivent tous signer et ratifier le traité pour lui donner force de loi. Huit états, dont les États-Unis et la Corée du Nord, ne l’ont pas fait.

Pour suivre les violations potentielles, le traité prévoit un système de surveillance international à quatre volets, qui est actuellement terminé pour environ à 90 pour 100. Les stations hydroacoustiques peuvent détecter les ondes sonores des explosions sous-marines. Les stations d’infrasons écoutent les ondes sonores à basse fréquence qui grondent dans l’atmosphère. Les station de surveillance des radionucléides ou stations de radionucléides (ou radio-isotopes) reniflent l’air pour les sous-produits radioactifs enregistrés lors d’un test atmosphérique. Et les stations sismiques captent les tremblements de terre, ce qui est généralement la méthode la plus rapide et la plus fiable pour confirmer une explosion souterraine.

Les ondes sismiques offrent des informations supplémentaires sur une explosion, un nouveau champ d’études. Un groupe de recherche explore comment la topographie locale, comme la montagne accidentée où le gouvernement nord-coréen effectue ses tests, met son empreinte sur les signaux sismiques. Sachant que les scientifiques peuvent mieux cerner l’endroit où les explosions se produisent dans la montagne, cela améliore la compréhension de la profondeur et de la puissance des explosions. Une explosion profonde est plus susceptible de masquer la puissance de la bombe.
Le texte continue après la carte ci-dessous.

Ecouter le sol - À l’aide de données sur les ondes sismiques, les chercheurs ont calculé les endroits probables de cinq essais nucléaires réalisés dans le mont Mantap ou Mantapsan (Chosŏn’gŭl : 만탑산) de Corée du Nord (image satellite illustrée). S.J. GIBBONS ET AL / GEOPHYS. J. INT. 2017, GOOGLE EARTH

Par ailleurs, les physiciens ont mené un ensemble sans précédent de six explosions sur le site des essais nucléaires américains dans l’état du Nevada aux Etats-Unis. L’objectif était d’imiter la physique d’une explosion nucléaire en détonant des explosifs chimiques et en observant comment les ondes sismiques rayonnent vers l’extérieur. C’est comme une version miniature, non nucléaire, d’un test d’armes nucléaires. Déjà, les scientifiques ont fait des découvertes clés, comme la compréhension de la façon dont une explosion profondément enterrée apparaît dans les détecteurs sismiques.

Plus les chercheurs peuvent renseigner sur la carte les manifestations sismiques de chaque explosion, et plus ils peuvent comprendre les développements internationaux en la matière. Cela est particulièrement vrai pour la Corée du Nord, où les leaders gouvernementaux ont accéléré le rythme des tests militaires depuis la première détonation nucléaire en 2006. Le 4 juillet 2017, le pays a lancé son premier missile balistique confirmé - sans charge nucléaire - qui pourrait atteindre jusqu’à l’Alaska.

« Il existe cette construction de connaissances qui nous aide à comprendre les capacités d’un pays comme la Corée du Nord », explique Delaine Reiter, une géophysicienne de ‘Weston Geophysical Corp’. à Lexington, dans l’état du Massachusettsaux Etats-Unis. « Ils ne sont pas timides quant à la diffusion de leurs essais, mais ils prétendent que les scientifiques occidentaux ne sont pas sûrs. Était-ce aussi important qu’ils le prétendaient ? Nous sommes vraiment intéressés à cela pour comprendre ».

Naturel ou non ?

Les sismomètres détectent les tremblements de terre issus de toutes sortes d’événements. Dans une année typique, de 1.200 à 2.200 tremblements de terre de magnitude 5 et plus se sont déclenchés d’après les équipements répartis dans le monde entier. En plus de cela, il y a un séisme anormal : des coups dans des carrières, des effondrements de mines et d’autres causes. L’art d’utiliser les ondes sismiques pour préciser un type d’événement particulier des autres, est connu sous le nom de sismologie ‘médico-légale’. [On peut se reporter à cet article « Géophysique. Pourquoi l’Everest est le toit du monde - Science & Techno Chine Inde The Independent on Sunday - Londres - Publié le 14/03/2007 - 16:08].

Les sismologues ‘médico-légaux’ s’efforcent de distinguer un séisme naturel de ce qui pourrait être un test nucléaire clandestin. En mars 2003, par exemple, les sismomètres ont détecté une perturbation provenant de près de Lop Nor, un lac desséché dans l’ouest de la Chine, selon lequel le gouvernement chinois, qui a signé mais qui n’a pas ratifié le traité d’interdiction des essais, a pratiqué des essais nucléaires.

Un test pour faire la différence entre un tremblement de terre et une explosion est à quel point il est profond. Tout ce qui est plus profond que d’environ 10 kilomètres est presque certain d’être naturel. Dans le cas de Lop Nor, la source des vagues semblait être située à environ six kilomètres de profondeur - difficile à trouver, mais pas impossible. Les chercheurs ont également utilisé un deuxième test, qui compare les amplitudes de deux types différents d’ondes sismiques.

Les tremblements de terre et les explosions génèrent plusieurs types d’ondes sismiques, à commencer par les ondes P ou primaires. Ces ondes sont les premières à arriver à une station éloignée. Viennent ensuite les ondes S, ou secondaires, qui traversent le sol dans un mouvement de cisaillement, ce qui prend plus de temps à arriver. Enfin viennent les vagues qui ondulent à travers la surface, y compris celles appelées ondes de Rayleigh.

Les explosions deviennent de plus en plus puissantes

Les sismogrammes des essais nucléaires nord-coréens montrent l’ampleur des secousses de chacun d’eux et les kilotonnes d’énergie libérée. La bombe de 1945 à Hiroshima était d’environ 15 kilotonnes.

Haut du formulaire

https://www.sciencenews.org/sites/d... S. GIBBONS / NORSAR

[D’après Wikipédia, « L’onde de Rayleigh ou l’onde R est un type d’onde sismique. Elle a été découverte par John William Strutt Rayleigh en 1885. Son déplacement est complexe, assez semblable à celui d’une poussière portée par une vague, constituant un mouvement à la fois horizontal et vertical. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Onde_de_Rayleigh ].

[Les ondes P ou ondes primaires appelées aussi ondes de compression ou ondes longitudinales (ondes P car ondes de Pression). Le déplacement du sol qui accompagne leur passage se fait par des dilatations et des compressions successives. Source : http://nte-serveur.univ-lyon1.fr/geosciences/geodyn_int/sismo/general/general.html ].

Les ondes sismiques - Un sismographe enregistre les ondes sismiques (P, S et de surface) sous forme de sismogramme (B). Enregistrement réalisé en Allemagne lors du séisme survenu en Haïti le 12 janvier 2010 à 21 h 53 (heure GMT).
Image A : d’après SVT 1S, Bordas 1993 p. 306 Claude Allègre, Les fureurs de la Terre - B : SVT 1eS, Bordas 2011 p. 92 –

Image associée

Source : http://raymond.rodriguez1.free.fr/Textes/1s21.htm

Dans une explosion nucléaire, par rapport à un tremblement de terre, les amplitudes des ondes de Rayleigh sont plus petites que celles des ondes P. En regardant ces deux types d’ondes, les scientifiques ont déterminé que l’incident de Lop Nor était un tremblement de terre naturel, et pas une explosion secrète. (La sismologie ne peut pas révéler l’ensemble de la situation). Si l’événement de Lop Nor avait réellement été une explosion, les chercheurs auraient eu besoin de données du réseau de surveillance des radionucléides pour confirmer que l’explosion provenait d’explosifs nucléaires et non chimiques.

Pour la Corée du Nord, la question n’est pas tant de savoir si le gouvernement déclenche des essais nucléaires, mais à quel point ces explosions peuvent être puissantes et destructrices. En 2003, le pays s’est retiré du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, un accord international distinct de l’interdiction des essais visant à empêcher la prolifération des armes nucléaires et des technologies connexes. Trois ans plus tard, la Corée du Nord a annoncé qu’elle avait effectué un essai nucléaire souterrain à Mount Mantap, sur un site appelé Punggye-ri, dans le nord-est du pays. C’était le premier test d’armes nucléaires depuis que l’Inde et le Pakistan se sont tous les deux lancés en 1998.

En analysant les données d’ondes sismiques des stations de surveillance de la région, les séismologues ont conclu que l’explosion nord-coréenne était venue de profondeurs peu importantes, à quelques kilomètres seulement dans la montagne. Cela soutenait l’affirmation du gouvernement nord-coréen d’un test intentionnel. Deux semaines plus tard, une station de surveillance des radionucléides basée à Yellowknife, au Canada, a détecté des augmentations du xénon radioactif qui, vraisemblablement, s’était répandu à partir du site d’essai souterrain et avait vers l’est. L’explosion était donc bien nucléaire.

Mais le test de 2006 avait soulevé de nouvelles questions pour les sismologues. Le rapport des amplitudes des ondes de Rayleigh et des ondes P n’était pas aussi distinctif que d’habitude pour une explosion. Et d’autres aspects de la signature sismique n’étaient pas aussi clairs que les scientifiques l’avaient prévu.

Les chercheurs ont obtenu des réponses alors que les essais de la Corée du Nord se poursuivaient. En 2009, 2013 et deux fois en 2016, le gouvernement a déclenché davantage d’explosions nucléaires souterraines à Punggye-ri. Chaque fois, des chercheurs basés à l’étranger ont comparé les données sismiques avec le bilan des explosions nucléaires passées. Selon Steven Gibbons, un sismologue de l’organisation de surveillance NORSAR à Kjeller, en Norvège, les programmes informatiques automatisés « comparent les ondulations que vous voyez sur l’ondulation de l’écran ». Lorsque les modèles correspondent, les scientifiques savent que c’est un autre test. « Un signal sismique généré par une explosion est comme une empreinte digitale pour cette région particulière », dit-il.

À chaque test, les chercheurs en ont appris davantage sur les capacités de la Corée du Nord. En analysant l’ampleur du tremblement du sol, les experts pourraient calculer grossièrement la puissance de chaque test. L’explosion de 2006 a été relativement faible, libérant une énergie équivalente à environ 1.000 tonnes de TNT - une fraction de la bombe de 15 kilotonnes larguée par les États-Unis à Hiroshima, au Japon, en 1945. Mais le rendement des essais nucléaires nord-coréens, et le test le plus récent, en septembre 2016, peut avoir dépassé la taille de la bombe d’Hiroshima.

https://www.sciencenews.org/sites/d...

Ce test nucléaire atmosphérique américain a eu lieu en avril 1953 au Nevada. Pas étonnant, les tests enterrés de la Corée du Nord sont plus difficiles à repérer.

A de plus grandes profondeurs Haut du formulaire

Pour un événement d’une ampleur sismique particulière, plus l’explosion est profonde, plus l’explosion est énergique. Un test peu profond et moins énergique peut ressembler à une explosion profonde et puissante. Les scientifiques doivent déterminer précisément où chaque explosion s’est produite.

Le mont Mantap est une montagne très accidentée avec une géologie qui complique la physique de la propagation des ondes sismiques. Les experts occidentaux ne savent pas exactement comment les bombes nucléaires sont placées à l’intérieur de la montagne avant d’exploser. Mais l’imagerie satellite montre une activité qui ressemble à des tunnels creusés dans la montagne. Frank Pabian, expert en non-prolifération au Laboratoire national de Los Alamos au Nouveau-Mexique, a déclaré en avril à Denver, au Colorado, à une réunion de la Société sismologique d’Amérique, que les tunnels pourraient être creusés de deux façons : directement dans le granit ou en spirale autour d’un point d’ancrage pour s’effondrer et sceller le site après un essai.

Les chercheurs ont essayé de déterminer les emplacements relatifs de chacun des cinq tests. En comparant les amplitudes des ondes P, S et Rayleigh, et en calculant combien de temps chacune aurait parcouru le sol, les chercheurs peuvent tracer les sites probables des cinq explosions. Cela leur permet de mieux lier les explosions à l’infrastructure en surface, car les tunnels sont repérés dans l’imagerie satellitaire.

Un grand puzzle a surgi après le test de 2009. Analysant le moment où les ondes sismiques sont arrivées à diverses stations de mesure, un groupe a calculé que le test s’est déroulé à 2,2 kilomètres à l’ouest de la première explosion. Un autre scientifique l’a trouvé à seulement 1,8 km. La différence ne semble pas beaucoup, dit Gibbons, mais « c’est énorme si vous essayez de mettre ces emplacements relatifs sur le terrain ». Déplacez-vous à quelques centaines de mètres à l’est ou à l’ouest et l’explosion aurait pu se produire sous une vallée par opposition à une crête - changeant radicalement les estimations de la profondeur, avec des estimations de la puissance de l’explosion.

Gibbons et ses collègues pensent qu’ils pourraient être en mesure de concilier ces différentes estimations de localisation. La réponse réside dans quelle station proviennent les données sismiques. Les études qui reposent sur des données de stations situées à moins de 1.500 kilomètres de Punggye-ri, comme dans l’est de la Chine, tendent à estimer des distances plus grandes entre les emplacements des cinq tests comparés aux études utilisant des données de stations sismiques plus éloignées en Europe et ailleurs. Les ondes sismiques doivent quitter le site de test d’une manière plus compliquée que les scientifiques ne l’avaient imaginé, sinon toutes les mesures effectuées aboutiraient à une estimation concordante.

Haut du formulaire

Quatre façons de vérifier un test d’armes nucléaires

https://www.sciencenews.org/sites/d...{{}}

Sismique : 170 stations dans le monde surveillent les tremblements de terre pour identifier l’emplacement, la force et la nature d’un événement sismique.

https://www.sciencenews.org/sites/d...

Hydroacoustique : 11 stations écoutent les océans, où les ondes sonores peuvent se propager loin.

https://www.sciencenews.org/sites/d...

« Infrasound » : 60 stations détectent les ondes sonores basses fréquences inaudibles pour les humains.

https://www.sciencenews.org/sites/d...{{}}

Radionucléide : 80 stations reniflent des particules radioactives dispersées par le vent après un test.

Lorsque l’équipe de Gibbons a corrigé pour les distances variables des données sismiques, les scientifiques ont trouvé une distance de 1,9 kilomètre entre les explosions de 2006 et 2009. L’équipe a également identifié les autres explosions. Le test de septembre 2016 s’est avéré être presque directement au-dessous du sommet de 2 205 mètres du mont Mantap, comme le groupe l’a rapporté en janvier 2017dans la revue scientifique ‘Geophysical Journal International’. Cela signifie que l’explosion a été profondément enfouie et donc probablement au moins aussi puissante que la bombe d’Hiroshima pour qu’elle soit enregistrée comme un tremblement de terre de magnitude 5,2.

D’autres sismologues ont extirpé l’information des données sismiques d’une manière différente - non pas dans quelle mesure les signaux proviennent de l’explosion du test, mais de ce qu’ils ont traversé avant d’être détectés. Reiter et Seung-Hoon Yoo, également de Weston Geophysical, ont récemment analysé les données de deux stations sismiques, à 370 kilomètres au nord de la Chine et à 306 kilomètres au sud de la Corée du Sud.

Les scientifiques ont scruté les moments où les ondes sismiques sont arrivées aux stations, dans la première seconde des vagues P initiales et ils ont trouvé de légères différences entre les oscillations enregistrées en Chine et en Corée du Sud, a rapporté Reiter à la conférence de Denver. Ceux dans le nord ont montré un pouls plus énergique s’élevant des tremblements dans la première seconde ; les enregistrements sismiques du sud ne l’ont pas fait. Reiter et Yoo pensent que ce modèle représente une empreinte de la topographie au Mont Mantap.

« Un côté de la montagne est beaucoup plus raide », explique Reiter. « La station en Chine échantillonnait le signal à travers le côté escarpée de la montagne, tandis que la station du sud voyait la pente plongeant plus faiblement ». Cette différence peut aussi aider à expliquer pourquoi les données des stations sismiques couvrant la largeur du Japon montrent une légère différence du nord au sud. Ces différences peuvent refléter la topographie changeante lorsque les ondes sismiques sont sorties de Mount Mantap pendant le test.

Apprendre des simulations

Mais il y a tellement de scientifiques qui peuvent faire cela pour comprendre les explosions qu’ils ne peuvent pas approcher. C’est là que les tests ayant des explosions du Nevada entrent en jeu.

Les essais faisaient partie de la première phase de l’expérience sur la physique des sources, un projet de 40 millions de dollars mené par l’Administration nationale de la sécurité nucléaire du département de l’Énergie des États-Unis. L’objectif était de déclencher une série d’explosions chimiques de différentes tailles et à différentes profondeurs dans le même forage, puis d’enregistrer les signaux sismiques sur une batterie d’instruments. Les détonations ont eu lieu sur le site des essais nucléaires du sud du Nevada, où, entre 1951 et 1992, le gouvernement américain a déclenché 828 essais nucléaires souterrains et 100 atmosphériques, dont les nuages ​​de champignons ont été vus depuis la ville Las Vegas, située à 100 kilomètres de là.

Pour l’expérience de Physique Source, six explosions chimiques ont été déclenchées entre 2011 et 2016, allant jusqu’à 5.000 kilogrammes d’équivalent TNT et jusqu’à 87 mètres de profondeur. Beth Dzenitis, une ingénieure du Lawrence Livermore National Laboratory, en Californie, qui a supervisé une partie de la campagne, a déclaré que les explosifs à haute densité d’énergie les plus importants étaient contenus dans un cylindre de près d’un mètre et de 6,7 mètres de long. Pourtant, pour toute cette puissance de feu, la détonation à peine enregistrée sur autre chose que les instruments couvrant le sol. « J’aimerais pouvoir vous dire que tous ces feux d’artifice se déclenchent, mais vous ne savez même pas ce qui se passe », dit-elle.

Les explosifs ont été placés à l’intérieur de la roche granitique, un matériau très semblable au granite du mont Mantap. Ainsi, les ondes sismiques se sont comportées à l’extérieur comme elles pourraient le faire sur le site d’essais nucléaires nord-coréens, explique William Walter, responsable du suivi géophysique à Livermore. La physique sous-jacente, décrivant comment l’énergie sismique parcourt le sol, est pratiquement la même pour les explosions chimiques et nucléaires.

Haut du formulaire

https://www.sciencenews.org/sites/d...

Les techniciens abaissent une énorme cartouche d’explosifs dans le sud du Nevada pour une explosion chimique - qui fait partie de la série d’expériences de physique à la source - afin d’imiter la physique des explosions nucléaires.

Les résultats ont révélé des défauts dans les modèles que les chercheurs utilisent depuis des décennies pour décrire comment les ondes sismiques se propagent vers l’extérieur à partir d’explosions. Ces modèles ont été développés pour décrire comment les ondes P compressent les roches lorsqu’elles se propagent à partir de grandes explosions nucléaires comme celles déclenchées à partir des années 1950 par les États-Unis et l’Union soviétique. « Cela a très bien fonctionné à l’époque où les tests étaient importants », dit Walter. Mais pour des explosions beaucoup plus faibles, comme celles que la Corée du Nord a fait exploser, « les modèles ne fonctionnaient pas bien du tout ».

Le collègue de Walter et Livermore, Sean Ford, a commencé à développer de nouveaux modèles qui captent mieux la physique impliquée dans les petites explosions. Ces modèles devraient être en mesure de décrire la profondeur et la libération d’énergie des tests de la Corée du Nord plus précisément, a déclaré Walter à la réunion de Denver.

Une deuxième phase de l’expérience de physique à la source devrait commencer l’année prochaine sur le site d’essai, dans un type de roche beaucoup plus semblable à des débris, appelé alluvions Les scientifiques utiliseront cette série de tests pour voir comment les ondes sismiques sont affectées quand elles voyagent à travers une roche fragmentée plutôt que dans un granit plus cohérent. Cette information pourrait être utile si la Corée du Nord commence à effectuer des tests dans un autre endroit ou si un autre pays fait exploser une bombe atomique dans une roche fragmentée.

Pour le moment, les sismologues du monde continuent de regarder et d’attendre, pour voir ce que le gouvernement nord-coréen pourrait faire ensuite. Certains experts pensent que le prochain essai nucléaire se déroulera à un endroit différent du Mount Mantap, au sud des derniers essais. Si c’est le cas, cela constituera un nouveau défi pour les chercheurs qui attendent de découvrir l’histoire que les ondes sismiques raconteront.

« C’est un peu effrayant ce que nous faisons », admet Reiter. « Nous attendons que ces explosions se produisent, puis nous nous disputons l’un l’autre pour trouver et définir l’emplacement, voir à quel point c’était énorme, ce genre de chose. Mais cela nous a vraiment donné un bon aperçu de la progression du programme nucléaire [de la Corée du Nord]. Des informations utiles, alors que les pays du monde entier décident de ce qu’il faut faire au sujet des tests malveillants en Corée du Nord ».

Cette histoire est parue dans le numéro de ‘Science New’s du 5 août 2017 sous le titre ’Spying on Nuclear Blasts : Seismologists track down clues to North Korea’s underground weapons testing’, « Haut du formulaire

Bas du formulaire

Espionner les explosions nucléaires : les sismologues traquent les indices des essais d’armes souterraines en Corée du Nord ».

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Citations

W.R. Walter and S.R. Ford. Applying insights from the Nevada Source Physics Experiments to the DPRK declared nuclear test seismic signals. Seismological Society of America meeting, Denver, April 19, 2017.

F.V. Pabian and D. Coblentz. Surface disturbances at the Punggye-ri nuclear test site : another indicator of nuclear testing ? Los Alamos National Laboratory report posted to 38north.org, final version issued March 15, 2017.

S.J. Gibbons et al. Accurate relative location estimates for the North Korean nuclear tests using empirical slowness corrections. Geophysical Journal International. Vol. 208, January 2017, p. 101. doi:10.1093/gji/ggw379.

C.M. Snelson et al. Chemical explosion experiments to improve nuclear test monitoring. Eos. Vol. 94, July 2, 2013, p. 237. doi:10.1002/2013EO270002.

S.R. Ford and W.R. Walter. An explosion model comparison with insights from the Source Physics Experiments. Bulletin of the Seismological Society of America. Vol. 103, October 2013, p. 2937. doi:10.1785.0120130035.

Further Reading Lectures complémentaires

T. Sumner. Nuclear bomb debris can reveal blast size, even decades later. Science News Online, July 5, 2016.

T. Sumner. Five things science can (and can’t) tell us about North Korea’s nuclear test. Science News Online, January 6, 2016.

A. Grant. Weapon inspection scheme would test for nukes but keep designs secret. Science News Online, June 25, 2014.

S. Perkins. The silence of the bams. Science News. Vol. 160, July 14, 2001, p. 25.

6. Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty Organization

Retour au début du document traduit

Traduction, compléments entre […] et liens hypertextes de Jacques Hallard, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 08/11/2017

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Nucléaire Sismologie How earthquake scientists eavesdrop on North Korea’s nuclear blasts French version.2

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti.

http://yonnelautre.fr/local/cache-v...

— -

Bas du formulaire


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 5 / 220032

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pour en savoir plus  Suivre la vie du site Sismologie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License